Slave Education Index du Forum
 
 
 
Slave Education Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Sunao Aisawa [élève]

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Slave Education Index du Forum -> Hors Rp -> Archives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sunao Aizawa
Elèves

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2009
Messages: 10

MessagePosté le: Mar 21 Juil - 19:31 (2009)    Sujet du message: Sunao Aisawa [élève] Répondre en citant

  
Avatar et sign by Moemai  
Nom: Aisawa
Prénom: Sunao
Surnom: ...Petit Prince?

Âge: 16 ans

Nationalité: Ma mère était d'origine russe, mon père était japonais.
Rang: élève
Sexualité: Il l’ignore.


Histoire:

Mon histoire… Avez-vous déjà essayé de raconter VOTRE histoire à quelqu’un? Avez-vous déjà tenté de rouvrir ces plaies tout juste recousues en tirant sur le fil de votre cicatrice? Non?
Eh bien laissez-moi vous dire que c’est extrêmement douloureux.
A vrai dire, c’est comme l’un de ces jouets en silicone mou que l’on trouve sur les marchés. Vous savez, ces boudins allongés souvent translucides. Eh bien c’est la même chose : on ne sait pas par ou l’attraper. Et si on le serre un peu trop entre ses mains, il s’échappe.
 
Je vais tenter de vous relater cela par ordre chronologique. Autrement dit, je vais commencer par les souvenirs visuels qu’il me reste, lorsque j’avais encore l’usage mes yeux.
Etrangement, il s’agit des souvenirs les plus incertains de ma mémoire. Il va falloir que je tire un peu plus sur le fil de mes cicatrices pour qu’ils m’apparaissent plus clairement…
 
J’avais douze ans lorsque mes parents sont morts. Je peux déjà anticiper votre question. D’un accident de voiture. Provoqué par leur fils adoré. Autrement dit, moi.
Je jouais au ballon dans le jardin, surveillé par notre adorable voisine, en attendant leur retour. Je ne me souviens même plus pour quoi ils étaient partit. Au dernier moment, mon ballon à rebondit sur la route. Et moi, pauvre petit inconscient, j’ai brusquement déboulé sur la route pour rattraper mon ballon. Mes parents revenaient juste à ce moment là, ils ont freiné en plein milieu du carrefour. Une autre voiture qui arrivait un peu trop vite de la rue transversale les à percuté de plein fouet, tuant mon père sur le coup. Ma mère est morte des suites de ses blessures. Et moi, le ballon entre les mains, j’était au premières loges pour assister à ce terrible spectacle.
 
Voilà une première cicatrice entrouverte. Je ne devrais pas m’arrêter en si bon chemin, ce serait vraiment trop bête. Pour vous.
 
N’ayant pas de famille proche ou de tuteur légal, je fut placé grâce à notre aimable voisine dans un orphelinat catholique. L’uniforme me seyait très bien, un véritable enfant de chœur. J’arrive encore à me souvenir du bâtiment : immense, sombre, délabré. Bien évidemment, lorsqu’on arrive dans ce genre d’établissement, tous les résidents sont au courant de la raison qui vous amène ici avant même que vous ne les ayez rencontrés. C’est ainsi que je devins officiellement le « porte-poisse » de notre joyeuse troupe d’orphelins, car d’après eux, c’est moi qui avait tué mes parents. A douze ans, j’étais toujours seul, craint de tous, et considéré comme un assassin par mes petits camarades.
Chaque nuit c’était la même chose. La peur… Je me croyais seul, il n’y avait aucune échappatoire… Et il est venu. Il m’a tendu la main. Il était le seul à me parler. Les autres avaient trop peur de ce qu’on disait de moi… Son sourire me consolait toujours. Il était ma lumière dans les moment les plus sombres.
J’avais un don pour me trouver dans les situations les plus dérangeantes. Les bêtises des autres m’étaient attribuées, et je m’attirai très vite les foudres du surveillant chef de l’établissement qui prenait plaisir à me battre, au fouet parfois. Mais depuis que je l’ai rencontré, il se dénonçait même à ma place pour m’éviter de souffrir. Il m’a sauvé peu à peu en veillant sur moi.
 
Mais je n’aurais jamais cru… Cette nuit là… Qu’il me trahirait de cette façon…
 
A treize ans, je perdit un ami en même temps que ma virginité.
Et les coups recommencèrent à tomber, encore et encore. Le chef des surveillants eut vent de cette histoire. Et les coups se transformèrent en attouchements…
 
« Petit démon… Suis-moi, j’ai à te parler. »
« On est bien tous les deux… pas vrai? »
« Pourtant il semble que tu aies trouvé quelqu’un pour me remplacer. »
« ça ne va pas du tout ça. »
 

 
« Tu aimes ça hein, petite peste »…
L’uniforme me seyait très bien. « Ton p’tit cul me fait très envie »…
 
J’avais cru perdre un ami. Mais ce soir là, il était là, dans l’embrasure de la porte, et découvrit ce qu’on me faisait subir. Il s’interposa violemment, assenant un violent coup de poing au surveillant, me libérant de son emprise le temps d’un instant.
 
« Sunao! Tu vas bien? Parle-moi! »
 
J’eus à peine le temps de rouvrir les yeux que le surveillant était déjà debout, un tison rougeoyant à la main. Il me saisit par le bras et me tira contre lui, le fer rouge s’approchant dangereusement de moi.
« Tu le veux? Il est à moi. Et je vais te le prouver… »
Le tison se rapprocha encore et encore…
« Non, Sunao! »
Mon ami saisit le fer brulant à pleine main pour me sauver, pour sauver mon corps de toute trace de brulure indélébile. Le sien en fut marqué à jamais.
 
J’étais orphelin, personne pour me défendre, et cet homme… m’a pris tout ce que j’avais.
J’étais blessé. Apeuré.
J’ai voulu qu’il meure si souvent.
Et cette nuit fut l’occasion rêvée.
 
Je saisis sans bruits le tison que le surveillant venait de reposer dans les cendres pour s’occuper des mains de mon ami, m’approchai de lui, tout doucement… Encore un peu… Levai l’arme au dessus de ma tête et l’abattit sur celle du surveillant. Une marre de sang se répandit sous son corps inerte. Je venais de le tuer.
 
Mais j’ai payé cher pour ce pêcher…
Ce fut là mon dernier souvenir visuel.
Car les cendres de mon crime m’ont brulé les yeux…
 
Pratiquement tous les fils de mes cicatrices ont été tirés à présent. Finalement, j’ai subit des attouchements pendant quatre ans.
Je suis un meurtrier et un lâche, car après mon bref passage à l’hôpital je fut ramené par la police dans cette école pour esclaves, loin de cet orphelinat de malheur.
 
Mon ami… Je t’ai abandonné là-bas. Tu as dû répondre de ce meurtre seul.
Je suis un assassin, et un lâche.
 
 
Mental : Mon histoire doit certainement vous aiguiller un minimum quand à mon caractère. Plutôt fragile mentalement, je suis trop sensible et prends les remarques très à cœur, quelle qu’elles soient. J’apprécie le contact physique car c’est à présent mon seul moyen de repère avec le monde extérieur, ainsi que la musique : je joue toujours du violon malgré mon accident récent.

Ne croyez pas ce que dit mon dossier de l‘orphelinat, toutes les « conneries » que j’ai soit disant faites ne sont pas de moi pour la plupart. Comme je l’ai déjà dit, j’étais toujours au mauvais endroit au mauvais moment et étais sans cesse responsable pour les autres à l’orphelinat. Vous pouvez donc rayer la mention « délinquant récidiviste » de la petite case en haut à droite, pour le remplacer par des mots tels que « lâche » ou « assassin »… Au choix.
Mon âme semble vide par endroit, la solitude me ronge même lorsque je me trouve au beau milieu d’une foule. Mes parents me manquent énormément.
Depuis mon premier attouchement je suis devenu extrêmement pudique, et mon handicape ne fait qu’accentuer cette caractéristique.
Si vous souhaitez savoir autre chose à mon propos… Il suffit d’ouvrir les yeux. Mon visage exprime beaucoup plus de choses depuis que j’ai perdu la vue.
 
Physique : Je crois que se décrire soi-même physiquement est encore plus compliqué que de raconter sa propres histoire. Qui sait, nous ne nous sommes jamais réellement vu, et peut-être que le reflet du miroir nous ment. Peu m’importe de toute façon; les miroirs, je n’en ai plus l’utilité.Je vais commencer par les parties de mon anatomie que je peux vous décrire sans trop en douter. Je suis blond, le cheveux raide et souple, qui entoure mon visage jusqu’au menton. La mèche de cheveux qui me barre la partie droite du visage contre laquelle je me battais constamment avant je me gêne plus désormais. Bon, d’accord, parfois elle me chatouille le nez… Mais rien de bien affolant.
Mes yeux quand à eux, quand ils ne sont pas dissimulés sous un épais bandage, laissent apparaitre un regard vide et blanc. De légers pigments bleus transparaissent par endroits si l‘ont prend le temps de les regarder, laissant deviner ma couleur d’origine. Mais je les garde clos la plupart du temps. A l’hôpital, ont m’a déjà fait remarquer que mon regard pouvait déranger à présent. Leur forme est très légèrement allongée, presque bridée. Etonnant, pour un blond aux yeux bleus, je sais.
Ma bouche n’a rien de particulier selon moi; mes lèvres sont fines et délicatement ourlées, et j’ai la chance d’avoir de jolies dents blanches et alignées. Plutôt quelconque, en somme.
Je ne suis pas très grand, pas très musclé… Bon, en fait, je suis carrément petit et maigrichon, et je ne fait absolument pas mon âge… Pas la peine d’avoir l’avis du miroir pour ça, c’est une évidence. Je suis tellement fin que les plus âgés de l’orphelinat s’amusaient à faire le tour de ma taille avec leurs deux mains. Et ils y parvenaient sans problèmes. La pilosité a également beaucoup de mal à recouvrir mon corps, et le peu de duvet qui pourrait me donner un tant soi peu de virilité est tellement clair qu’on ne le voit même pas.
Une autre chose dont je suis sur, c’est que ma peau est blanche. Pâle, en fait. Finalement, hormis mon nom et la légère forme allongée de mes yeux, je n’ai absolument rien de japonais; ma mère -d’origine russe- m’a visiblement légué tout son patrimoine génétique. La couleur de ma peau permet de dissimuler facilement les petite cicatrices fines qui ornent mon dos, causées par la morsure du fouet.
Pour le reste, à vous de juger. Comme je vous l’ai déjà dit, l’apparence n’a à présent plus aucune importance pour moi.




*-*-*-*     

 
Avis sur le forum: (design. histoire. règlement) : Si ça ne me plaisait pas, je ne serais pas là Wink En revanche, le design est à revoir. 
Précision sur votre manière de jouer: (actif. lignes. désir pour votre personnage. idée de scénario) : J’ai tendance à faire passer le travail avec le RP… Des désirs pour mon perso? Hm... Quelqu'un pour devenir sa lumière?
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 21 Juil - 19:31 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ulrich Bruns
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2009
Messages: 10
Localisation: Ta pas besoin de le savoir !

MessagePosté le: Jeu 23 Juil - 23:20 (2009)    Sujet du message: Sunao Aisawa [élève] Répondre en citant

Très Belle fiche, tu m'en a donner la larme a l'œil ! * chuchote * ça valait la peine de la refaire ...combien de fois déjà .. trois fois ? XD

Fiche Validée ! Okay

Amuse toi bien parmi nous et ramène du monde !

_________________
°o. Administrateur .o°


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:26 (2018)    Sujet du message: Sunao Aisawa [élève]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Slave Education Index du Forum -> Hors Rp -> Archives Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com